Recommander page:

La Thuringe, le pays de Noël

À quoi ressemblent les lieux où les chants de Noël comme « Mon beau sapin » et « O Du Fröhliche » ont été composés ? La Thuringe pendant la période de l’avent, c’est une région à découvrir, elle fut le berceau des boules d’arbre de Noël qui ont ensuite conquis le monde. Lorsque des milliers de lumières scintillent, des odeurs et des sons touchent les cœurs, la Thuringe s’illumine dans tout son éclat.

Au début préparée comme gâteau de carême, on retrouve cette spécialité de Noël particulière piquée de raisins secs aujourd'hui sur toutes les tables lorsque l’on prend le café : le Christstollen de Thuringe.

Une légende dit que l’idée de fabriquer des boules de couleur en verre pour l‘arbre de Noël vient d’un souffleur de verre de Lauscha, en 1847. C’est de là que la tradition de Noël a conquis le monde.

Lorsque des milliers de lumières scintillent, des odeurs et des sons touchent les cœurs, la Thuringe s’illumine dans tout son éclat. Pendant la période précédant Noël se succèdent alors les petites cabanes du marché de Noël dans les villes offrant un décor magnifique et invitant à y passer un moment.

Les chants de Noël nous préparent à la période de l’avent – certains furent même composés par des auteurs thuringeois.

Dramatiques et glamours : voici les mots qui caractérisent de nombreuses traditions de Noël thuringeoises. Et mentionnons aussi dans ce contexte les souffleurs de verre dans la Forêt de Thuringe et l’invention des boules d’arbre de Noël.

Weihnachtsstollen, Schittchen ou Chrisamel

Une chose ne doit en aucun cas manquer à une fête de Noël : le Stollen (gâteau de Noël). À Erfurt, on l’appelle « Erfurter Schittchen », en Forêt de Thuringe, « Chrisamel » et à Suhl, on lui consacre même tout un marché de l’avent appelé « Chrisamelmart ». Si les noms sont variés, les ingrédients le sont tout autant. Les boulangers pâtissiers locaux gardent bien sûr jalousement le secret sur leurs recettes. La « Thüringer Stollenschutzverband » (association de protection du Stollen) veille bien à ce que ne puissent s’appeler « Original Thüringer Christstollen » seuls les Stollen qui ont été préparés exclusivement en Thuringe selon diverses recettes fixées. Chaque année, au 1er avent au marché de Noël d’Erfurt et en présence de boulangers pâtissiers de cette association venant de toute la Thuringe, Miss Stollen coupe officiellement l’Erfurter Schittchen.

Ce n’est que lorsque les délicieux ingrédients sont pétris avec la pâte composée de levure et de farine locale, cuits et qu’ils auront reposé qu’on obtiendra un gâteau réussi que l’on pourra déguster et apprécier, ce que seul l’original peut garantir. En tout cas l’original de la récente histoire : car il a été prouvé qu’il y a 700 ans lorsque les premiers Stollen furent préparés à Naumburg an der Saale. Il s’agissait uniquement d’un gâteau de carême composé de levure, de farine et d’eau. Mais peu à peu, un grand nombre de délicieux ingrédients vinrent s’ajouter à ce gâteau saupoudré de sucre en poudre blanc en forme de pain pour en faire un délice incomparable.

Pour découvrir plus de particularités culinaires de Thuringe...

La légende de l’arbre de Noël

À Weimar, ville inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, on raconte une légende tout à fait particulière. C’est ici au moment de Noël que resplendit un magnifique sapin argenté éclatant de lumière et raconte une tradition tout à fait particulière du Noël de Weimar : l’arbre de Noël resplendissant qui se trouvait dans la maison bourgeoise d’Hoffmann, un libraire magnanime de Weimar, à l’époque de Goethe et qui fut placé sur le marché – à la joie de tous les enfants, pauvres ou riches. Cela se passait en 1815, c’était le premier arbre de Noël public en Allemagne. Cette coutume se propagea rapidement au-delà des frontières de la ville.

Une autre histoire tout aussi intéressante : l’arbre de Noël doit sa popularité à une noble allemande. Adélaïde de Saxe-Meiningen (1792 - 1849), reine d’Angleterre pendant sept ans, importa l’arbre de Noël d’Allemagne en Grande Bretagne à la grande joie de ses nièces et neveux. Adélaïde a grandi au château d’Elisabethenburg à Meiningen, la ville du théâtre. Dans la salle de marbre du château a lieu aujourd'hui encore le marché annuel de l’artisanat où sont présentés des objets de l’artisanat modernes mais aussi traditionnels.

Boules d’arbre de Noël en verre

Une longue tradition en Thuringe : les boules de sapin de Noël soufflées et peintes à la main. Lauscha, la ville des souffleurs de verre, en plein cœur de la Forêt de Thuringe est le berceau des décorations en verre des sapins de Noël et de l’artisanat de la soufflerie du verre. Aujourd'hui encore, ces magnifiques boules sont réalisées à la main. Parties de Thuringe, elles se sont propagées dans le monde entier au fil des ans.

Dès 1880, Franklin Winfield Woolworth, le fondateur de la chaîne américaine de grands magasins du même nom, remarqua les produits de Lauscha. Il fit importer les boules en grand nombre aux États-Unis. Cet artisanat thuringeois connut une célébrité au-delà des frontières de l’Allemagne en particulier lorsqu’il y a quelque temps, l’arbre de Noël se trouvant devant le Palais de Buckingham à Londres venait des forêts de la Maison ducale de Saxe-Cobourg et Gotha et que les quelque 2000 boules en verre de l’arbre de Noël royal avaient été également produites à Lauscha.

Pour en savoir plus sur l’artisanat de Thuringe...

Berceau de la boule d’arbre de Noël

Selon la légende, c’est en 1847 qu'un pauvre souffleur de verre de Lauscha eut l’idée de créer lui-même des boules de couleur en verre pour le sapin de Noël. Il ne pouvait pas se permettre d’acheter les noix et les pommes, qui étaient chères, et a donc fabriqué des décorations de sapin en verre. Les années précédentes, ici en Forêt de Thuringe, on avait déjà produit pour la première fois des yeux de verre pour les personnes. Le livre de commande d’un souffleur de verre de Lauscha est conservé, il y est noté en 1848 pour la première fois une commande de six douzaines de boules de Noël de tailles différentes. Jusqu’à l’utilisation du gaz à l’échelle industrielle qui permettait des flammes bien plus chaudes et donc des boules avec des parois plus importantes et plus fines, les boules étaient fabriquées à la maison avec un bec Bunsen et de l’huile de colza et de la paraffine comme combustibles.

Mélodies de Noël

Les chants de Noël donnent à la période de l’avent une atmosphère bien particulière. Certains de ces chants ont même été composés en Thuringe.

À Weimar, on entend peut-être très souvent le chant de Noël, surtout connu en Allemagne, « O Du Fröhliche ». Johannes Falk, un contemporain de Goethe, philosophe et pédagogue social, a rédigé la première strophe de ce chant ici. Après la perte de quatre de ses sept enfants décédés du typhus, il fonda la « Rettungshaus für verwahrloste Kinder » (Maison d’accueil pour enfants délaissés) et dédia aux filles et aux garçons en 1816 cette strophe connue aujourd'hui comme chant de Noël. Il fut composé comme cantique, mais ce n’est que plus tard, qu’il devint un véritable chant de Noël – un assistant de Falk a écrit les autres strophes. Aujourd'hui encore, un petit musée à Weimar rappelle l’œuvre de Falk.

Dr. Ernst Gebhard Salomon Anschütz (1780-1861), de Suhl en Forêt de Thuringe, entra également dans l’histoire de la musique comme auteur du texte d’un classique de Noël. À l’origine, son œuvre la plus célèbre « Mon beau sapin » était une chanson de Joachim August Zarnack parlant d’un amant déçu. Anschütz la transforma en chant de Noël en 1824 en conservant la première strophe et en y ajoutant deux nouvelles strophes.

Il est incontestable que l’Oratorio de Noël de Jean Sébastien Bach fait partie de ces chants de la période de l’avent. Même s’il l’a composé pendant la période où il se trouvait à Leipzig, ce chant eut un effet particulier sur le public dans ses lieux d’activité authentiques que furent Arnstadt, Eisenach, Weimar et Mühlhausen.

Découvrir plus de musique en Thuringe...

Poupée, ours en peluche et chevaux de bois

Sonneberg, la ville du jouet, « l’atelier du père Noël » comme on l’appelait autrefois, vaut en tout cas le détour pendant la période de Noël. Aujourd’hui encore, on y fabrique des jouets de bois, des poupées et des animaux en peluche que l’on peut admirer sur le marché de Noël pendant les deux derniers weekends de l’avent.

La ville du jouet riche en tradition se trouve sur le versant Sud de la Forêt de Thuringe. Les forêts très boisées et la population remplie d'idées ont permis de développer une industrie du jouet plutôt hautement qualifiée grâce à laquelle la ville devint célèbre dans le monde entier aux XIXe et XXe siècles.

Les unités de production, les maisons de commerce et les écoles industrielles des fabricants de jouets de cette époque peuvent être visitées en toute autonomie sur le « site historique ». Les entreprises de jouets sont aujourd’hui synonymes de grande qualité et de design moderne et offrent aux visiteurs une véritable atmosphère pour vivre un grand moment d’achat. Si vous flânez dans la ville, vous découvrirez encore bien des choses sur le thème du « jouet », par exemple dans le Musée allemand du jouet en « rembourrant un ours en peluche ».

Le paysage varié fait partie du parc naturel de la Forêt de Thuringe et en hiver, il vous invite à faire du ski de fond ou de la luge – des panoramas fantastiques sur le pays de Thuringe et de la Franconie s'ouvriront à vous.

Commentaires

Marchés de Noël en Thuringe

Marchés de Noël en Thuringe

Avec leurs décorations de Noël, les villes thuringeoises vous invitent à vous recueillir. Odeurs douces et chants de Noël envahissent les ruelles. – Marchés de Noël en Thuringe